Mots-clefs

, , , , ,

Chaudement recommandé par une amie, j’ai cessé toutes lectures en cours, et je me suis plongée dans « Le Lecteur de cadavres », que j’ai effectivement lu d’une traite, incapable de m’arrêter. Enfin, j’ai quand même dormi un peu, les yeux brûlaient.

Le pitch est simple, c’est un roman historique qui se passe en Chine Médiévale, sur la vie de Song Ci, qui devient peu à peu le premier médecin légiste de tous les temps.  Si tu es intrigué/e par ces deux hashtags #ChineMédiévale et #MédecinLégiste, fonce, ce livre est magnifique.

C’est simple, j’ai tout adoré ! Sans spoiler :

  • la construction du livre est intense, on passe de rebondissement en rebondissement, c’est parfait
  • l’écriture est riche et crue, à la fois détaillée, précise mais aussi dure et sans pitié, âmes sensibles s’abstenir
  • l’histoire est documentée de fou, on apprend énormément sur la Chine du XIII : l’allégeance à la famille, à l’empereur NingZong, les conditions de vie, c’est impressionnant
  • et enfin, le plus important, l’évolution du métier passionnant du protagoniste Song Ci, le premier médecin légal connu est extrêmement bien décrite. Song Ci est un personnage réel, qui a laissé derrière lui non pas une bio, mais 5 énormes traités de médecine légale, les premiers au monde, le Xi Yuan Ji Lu, publié en 1247 !

Résumé officiel : « Ci Song est un jeune garçon d’origine modeste qui vit dans la Chine du XIIIe siècle. Après la mort de ses parents, l’incendie de leur maison et l’arrestation de son frère, il quitte son village avec sa petite sœur malade. C’est à Lin’an, capitale de l’empire, qu’il devient fossoyeur des « champs de la mort » avant d’accéder à la prestigieuse Académie Ming. Son talent pour expliquer les causes d’un décès le rend célèbre. Lorsque l’écho de ses exploits parvient aux oreilles de l’empereur, celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d’assassinats. S’il réussit, il entrera au sein du Conseil des Châtiments ; s’il échoue, c’est la mort. C’est ainsi que Cí Song, le lecteur de cadavres, devient le premier médecin légiste de tous les temps. Un roman, inspiré par la vie d’un personnage réel, captivant et richement documenté où, dans la Chine exotique de l’époque médiévale, la haine côtoie l’ambition, comme l’amour, la mort. »

Merci Antonio Garrido !

Ah, dernier conseil, quand toi aussi tu auras fini la lecture d’une traite, surtout lis la Note de l’Auteur à la fin, sur sa démarche d’écriture, passionnant aussi !

Pour acheter le livre, il y en a ici. 

 

le-lecteur-de-cadavres