Mots-clefs

, , , , , , ,

Tout est propre et bien rangé. Il y a même des étiquettes sur les tiroirs : intubation, stétoscope, sondes, silicone. Dans un coin, une jolie rangée de bonbonnes d'air liquide plombe un peu le décor. Tu lèves les yeux au dessus de son lit et tu te perds quelques secondes dans la fresque murale probablement là grâce à une association. Tu reviens vers son visage. Elle est en salle de réveil, et tu es à ses côtés. Tu lui prends la main. Celle qui n'a pas la perf. Tu voudrais serrer fort, mais tu ne veux pas lui faire mal. Elle a les joues toutes roses, anormalement roses. Tu te dis que ça doit être à cause du masque pour l'anesthésie, mais tu n'en sais rien en fait, tu n'es qu'une maman. Tu t'accroches à sa main. Tu essayes de faire abstraction du bavardage intense des scopes. Ils se parlent entre eux faut croire. Et vas y à qui bipe le plus fort. La salle entière est rythmée par les conversation des machines. Et les hurlements des nourrissons. Ta tête va exploser entre les bips et les pleurs, tu sombres. Tu te dis vite une chanson à lui chanter en douceur pour couvrir le chaos ambiant. Et là grosse erreur, une seule chanson te viens en tête : prendre un enfant par la main. Toi, la chanson te prait parfaite, super à propos. Mais elle, elle te regarde avec de grands yeux. C'est normal, elle a grandit avec Selena Gomez dans son iPod. Le gentil infirmier vous sauve enfin "allez, on va te déscoper petite".  Ca fait 24h que vous êtes rentrées à la maison, et toi, tu fredonnes encore prendre un enfant par la main. Sors de ce corps Yves. 

 

 

 

Hopital