Mots-clés

, ,

Oui, on peut très être épuisée de la vie en plein hiver et se retrouver pourtant à 4 pattes dans le couloir de l'entrée un matin à 6h43 avec une spontex et de l'ajax pour frotter les murs comme une morte de faim afin effacer toutes les traces de feutres du 24-36 mois qu'on ne supporte plus.  Yes we can. 

 

Oui on peut très bien verser sa larmichette à la chorale de noël des maternelles et supplier pourtant tous les vendredis soirs sa fille wonder soprano de 8 ans de se taire parce que chacune de ses questions nous vrille le cerveau comme un cours de violon débutant. Yes we can. 

 

Oui on peut très bien pinailler pendant les soldes et refuser de s'acheter une paire de chaussures à 69€ et pourtant sortir 5 minutes après du monop avec 143€ de haribos et décos de gâteau pour l'anniversaire de notre fille de 10 printemps. Yes we can. 

 

Oui on peut très bien avoir fait Bac+6 et 18 ans de vie active et pourtant se retrouver sèche comme la paille d'été avec un compas dans la main devant un exercice de 6e en géométrie concernant de vulgaires médiatrices, et avoir la haine. Ou la honte, au choix. Yes we can. 

 

Oui on peut très bien être forte, braver les tempêtes et les orages de la vie, sortir toujours la tête de l'eau, retomber constament sur ses pattes, et pourtant pleurer pour de vrai quand la petite CP nous récite un matin au petit dej le Chat et l'Oiseau de Jacques Prévert. Yes we can. Qu 'est ce que c'est beau  le Chat et l'Oiseau de Jacques Prévert.

 

 

Un village écoute désolé
Le chant d'un oiseau blessé
C'est le seul oiseau du village
Et c'est le seul chat du village
Qui l'a à moitié dévoré
Et l'oiseau cesse de chanter
Le chat cesse de ronronner
Et de se lécher le museau
Et le village fait à l'oiseau
De merveilleuses funérailles
Et le chat qui est invité
Marche derrière le petit cercueil de paille
Où l'oiseau mort est allongé
Porté par une petite fille
Qui n'arrête pas de pleurer
«Si j'avais su que cela te fasse tant de peine,
Lui dit le chat,
Je l'aurais mangé tout entier
Et puis j'aurais raconté
Que je l'avais vu s'envoler
S'envoler jusqu'au bout du monde
Là-bas où c'est tellement loin
Que jamais on n'en revient
Tu aurais eu moins de chagrin
Simplement de la tristesse et des regrets.»

Il ne faut jamais faire les choses à moitié.

 

 

 

Le chat et l'oiseau