Étiquettes

, , , , , ,

RTT obligatoire de l'Ascension

= 1 pont obligatoire

= 96 h de week-end non-stop

 

A priori, le mercredi soir au bureau, tu frétilles comme un gardon devant l'horloge de ton ordinateur, t'es heureuse, 4 jours de week-end, c'est que du bonheur dans ta tête. 

 

Les premières 24h sont formidables, tu crois qu'on est samedi toute la journée du jeudi, l'extase. Tu prévois que des trucs grandioses tellement t'as la pêche, jeudi parc de bercy, vendredi  jardin d'acclimatation, et pourquoi pas Eurodisney samedi, et Fontainebleau dimanche, osons ! Soyons fous ! 4 jours ! 96 h ! Les enfants, on va s'éclater ce week-end, Youpiii !

 

Le deuxième jour, tu crois qu'on est dimanche toute la journée dans ta tête, et non, on n'est que vendredi ! Par contre, le dimanche soir, là tu sens les doutes t'assaillir. En effet, la fatigue que tu ressens est digne d'un dimanche soir. T'es claquée, épuisée. Tu rêves presque d'aller au boulot le lendemain, lundi. Sauf que non, le lendemain sera samedi. Tu commenceras à peine ton week-end. Tu réfléchis. Tu fais appel à Ghandi et à Monsieur Miyagi pour trouver la force qui est en toi. 

 

Le troisième jour, tu annules Eurodisney, parce que faut pas déconner non plus, t'as des limites. Le jardin de quartier fera très bien l'affaire. Tu emballes un pic nic en priant pour la neige. On ne sait jamais, avec l'ozone qui fout le camp, t'arriveras peut être à caser un week-end neigeux sous la couette aux enfants. Sauf que pas d'chance, finalement, il fait beau, puisqu'on est dans le mois des températures record, génial. Merci la couche d'ozone, justement quand on a besoin de toi. 

 

Le quatrième jour. Tu sais même pas que t'es réveillée, vu qu'à l'intérieur, t'es morte. Et pourtant faut y'aller hein. C'est dimanche. Youpi. Tu remplaces unilatéralement et sans discussion possible Fontainebleau par le marché. Tu te dis que tu devais être sous acide quand t'as tout programmé. Et puis, c'est top le marché, les artisans, le commerce de quartier, allons le soutenir, je vous expliquerai pourquoi sur le chemin les enfants. T'arrives plus à pousser la poussette sur la pente qui monte à 15° alors tu payes tes enfants 1 euro pour celui qui poussera le mieux. Dans ta tête tu essayes de retouver ton état d'esprit du mercredi soir pour tenir bon la pente.  Tu restes zen. Monsieur Miyagi à côté, c'est du pipeau. 

 

Dimanche soir arrive. Le vrai dimanche soir. Pas le faux de vendredi soir. Tu fais à tes enfants de la soupe Knorr pour diner. Non mais ça va bien de cuisiner 4 repas pendant 4 jours, ça fait 16 repas pour un seul week-end , c'est abusé aussi. Va pour la soupe. De toutes les façons, ils sont aussi fatigués que toi. Mouais. Sauf que eux, ils ne pensent déjà qu'à une chose : le week end prochain. Avec le lundi de Pentecôte, RTT obligatoire.  

 

 

Soup