Mots-clés

, , , , ,

Alors voilà, imaginons. Vous faites un séminaire et là, la question/jeu tombe : Vous devez donner votre objectif personnel profond, vrai, intense, et sans réserve. Votre objectif dans la vie, le vrai. Le vôtre. Pas celui de vous dans votre famille, pas celui de vous avec vos contraintes, non. Celui rêvé, l'objectif pur. Libéré de toute condition bassement matérielle. 

 

On n'a pas l'habitude de raisonner dans l'absolu. Pas moi en tout cas. Je raisonne depuis 10 ans dans le relatif. C'est ce dont je me suis rendue compte. A partir du moment où j'ai été mère, il n'y avait plus d'objectif "du moi" absolu. Il y avait l'objectif du moi, compte tenu que j'étais mère. Et ça change tout. 

 

La plus grande résistance émise à la question "et sinon votre objectif pur dans la vie c'est quoi?" était que je ne pouvais me résoudre à réfléchir sans contrainte, dans l'absolu. Sans toutes ces contraintes qui pèsent sur notre quotidien, et le relativisent : payer son loyer, nourrir sa famille, voir ses enfants, etc. 

 

Peintre ? Ecrivain ? Mère ? Président de la République ? Sauveur des pandas ? Robinson Crusoé ? Jardinier paysager ? Testeur de jeux vidéos ?  Bénévole avec SOS médecins ? Michael Jackson ? Community Manager ? On a tous un objectif personnel, libre de toute contrainte qui sommeil au fond de nous. Parfois d'un sommeil très profond, ok. Mais il est là. 

 

Certains d'entre nous l'ont réalisé. Certains d'entre nous l'ont identifié, mais n'ont rien fait pour l'atteindre, pour watmille raisons. Ils sont sans doute abonnés aux rêves & frustrations. Et certains autres d'entre nous l'ont laissé si profondément enfoui, qu'ils ne savent plus ce que c'est. Pas de frustration, Pas de rêve. 

 

Pour ma part, j'ai promis de me pencher sur la question … parce que l'idée après, c'est évidemment de définir les moyens pour atteindre cet objectif. Parce que la vie est courte. Et sinon après c'est pas drôle 😉

 

 

Windowlight
photo morguefile.