Mots-clefs

,

Il y a ceux qui rêvent de guérir. Ceux qui rêvent de changer de parents, ceux qui rêvent d'avoir une 25ème heure dans la journée, ceux qui rêvent que leur équipe gagne, ceux qui rêvent d'Euromillions, ceux qui rêvent de changer de femme, ceux qui rêvent que leur prozac ne les lâche pas, ceux qui rêvent que leurs tomates poussent bien, ceux qui rêvent d'être enfin seuls, ceux qui rêvent d'être calife à la place du calife, ceux qui rêvent tout envoyer balader, ceux qui rêvent d'être enfin à demain, ceux qui rêvent que leur banquière les oublie, ceux qui rêvent de tout recommencer, ceux qui rêvent d'avoir un bébé, ceux qui rêvent de manger ce soir, ceux qui rêvent de grandir, ceux qui rêvent d'avant, ceux qui rêvent d'aller vivre au bout du monde, ceux qui rêvent de s'affranchir, ceux qui rêvent de gloire, ce qui rêvent de voyages, ceux qui rêvent d'amour. Et ceux qui rêvent d'aller élever des chèvres dans le Larzac.

Le Larzac, c'est ce rêve, quel qu'il soit, qu'on a tous au fond de nous.
Ce Larzac que l'on raconte à qui veut l'entendre, ou ce Larzac si secret, que l'on ose à peine se l'avouer.
Ce Larzac, c'est à la fois un bilan, et un espoir.

Mon Larzac?
Rien d'exotique, j'en ai bien peur.
En général, il se résume à rêver de finir la journée en cours dans les meilleures conditions pour tous.
Et de le faire.

Un petit Larzac accompli vaut plus qu'un grand Larzac impossible;)
Mais ceci, comme toujours, n'engage que moi:)

Amis du soir, bonsoir.