Étiquettes

, , , , ,

Alors voilà, c'est l'année de la France au Brésil.
Et donc, cette année, le Fashion Week de Sao Paulo avait des airs de France, dont le nom, "Passion Paris" 😉
Et j'ai eu la chance d'être invitée, dans le cadre professionnel, à y aller. (je reviendrais sur ce cadre, ou pas :p)
Alors au début, on m'a dit: on t'a trouvé des places pour un défilé de Bikinis Brésiliens -Cia Maritima- (j'ai mis en gros pour les hommes) 😀

Bon, finalement, ça ne c'est pas fait pour les bikinis, vous pouvez reprendre votre souffle, et faire baisser votre tension.

Par contre, on m'a quand même dégoté des places au premier rang, oui madame, pour un défilé de fringues -Huit Clos-

Et là mes amis, imaginez moi au premier rang, assistant pour la première fois de ma vie à un desfile, avec des vrais mannequins, des vrais stars journalistes de mode, les téles brésiliennes, et tout et tout…

Et ben non. Choc. Gros Choc.

Vues en vrai, en chair et en os surtout, les mannequins font peur… elles font peur et pitié. Elles sont si maigres et si pâles qu'elles ont l'air de vivre leur dernière heure sur ce podium précisément. On se dit: c'est pas possible, elle va disparaitre derrière le rideau après avoir défilé, et elle va tomber et mourir…..

C'est horrible. Elles ne sont même pas belles, non, je vous dit, elles font mal au coeur… j'ai compris là, au SPFW, à 38 ans et à 9314 km de chez moi, toute l'agitation sur la maigreur des mannequins que je lisais de ci de là dans la presse.

C'est vrai. Il faut leur sauver la vie messieurs dames, c'est pas possible. Ces filles là sont en train de mourir, elles ne sont plus que des fantômes de femme.

Voilà, j'ai eu le coeur brisé.

Et j'ai décidé de m'interesser de plus près à ce débat/problème, de signer des pétitions s'il y en a, enfin, de me bouger… (Si quelqu'un a des liens, merci d'avance).

C'est une question de non assistance à personne en danger. Je l'ai vu, de mes yeux vu.